Blagues 44

   Devinettes      Textes        Gifs     Images               Roman 
                     Accueil                                          Menu

 

C'est un type qui se balade au zoo et qui passant devant la cage des singes, alors qu'il mange des abricots, décide, malgré l'interdiction de nourrir les animaux de lancer un abricot à ces charmantes bêtes.
Un singe s'approche, attrape l'abricot , l'ouvre, s'enfile le noyau dans le cul, le ressort, le remet dans le fruit et le mange.
Le type est totalement interloqué, et décide de renouveler l'expérience histoire de voir si ce n'est pas un effet d'optique.
Que nenni, le singe recommence son manège.
Le gars insiste plusieurs fois et à chaque fois, même chose de la part du primate.
A ce moment là, le gardien du zoo arrive et engueule le visiteur lui disant qu'il devrait apprendre à lire.
Le type ne se démonte pas et interroge le gardien sur les drôles de moeurs de ses pensionnaires.
Le gardien lui répond alors qu'il n'y a rien d'étonnant à cela:
- la semaine dernière, un visiteur lui a lancé des avocats qui l'ont constipé à mort, alors maintenant, il se méfie, il vérifie que ça passe avant de manger des trucs...


La hiérarchie d'une entreprise, c'est comme un arbre plein de singes... il y a des singes à différentes hauteurs. Des singes qui montent et des singes qui descendent. Les singes qui sont en haut regardent en bas et voient des singes qui sourient...   les singes qui sont en bas regardent en haut et voient des trous du cul...


A la fin d'un entretien d'embauche, le responsable des Ressources Humaines demande à un jeune ingénieur, frais émoulu des Arts & Métiers :
- "Et vous aviez pensé à quel salaire de départ ?"
Le jeune répond :
- "Dans environ 700.000 francs par an, négociable fonction des avantages annexes."
- "Bien, dit le responsable RH, que diriez-vous alors d'un contrat avec 5 semaines de congés payés, 14 jours fériés en sus dans l'année, frais médicaux et dentaires pris en charge par la compagnie, fonds de retraite vous donnant à 50 ans une retraite équivalente à 85% de votre salaire de l'époque, plus une voiture de fonction de type 406 changée tous les deux ans ?"
Le jeune homme se dresse sur son siège, ébahi :
- "Whoaâââ ! Vous êtes sérieux ?"
- "Non, répond l'autre. Mais c'est vous qui avez commencé !"


Un ministre africain vient en voyage officiel en France, et se fait inviter à dîner chez son homologue français. En voyant la somptueuse villa de ce dernier, et toutes les toiles de maître aux murs, il lui demande comment il peut bien s'assurer un tel train de vie avec sa paye somme toute modeste de serveur de la République. Le français l'entraîne près de la fenêtre :
- Vous voyez l'autoroute là-bas ?
- Oui
- Elle a coûté vingt milliards, l'entreprise l'a facturée 25 et m'a versé la différence.
Deux ans plus tard, le ministre français est en voyage officiel en Afrique et rend visite à son homologue. Quand il arrive chez lui, il découvre un palais comme il n'en avait encore jamais vu. Stupéfait, il demande :
- Mais je ne comprend pas, il y a 2 ans vous trouviez que j'avais un train de vie princier, mais par rapport à vous...
Le ministre africain l'entraîne près de la fenêtre :
- Vous voyez l'autoroute là-bas ?
- Non..
- Ben voilà....


 L'histoire se passe dans un bar où deux personnes font connaissance. Après les salutations, le coup de foudre. Et nos deux personnages se retrouvent au lit chez l'un d'eux. Après leurs ébats amoureux, l'homme dit à la femme:
- Êtes vous infirmière?
La dame lui répond:
- Mais oui... Comment avez-vous deviné?
- Vous êtes si douce. Vous avez une façon spéciale de vous occuper des gens et de leur prodiguer des soins bien spéciaux. Vous êtes attentive et compréhensive.
La femme de rétorquer:
- Vous êtes très fort monsieur. Et vous, êtes vous anesthésiste?
- Mais oui... Comment avez-vous su?
- Ben j'ai rien senti !


Le psychiatre, pour donner de l'assurance à son patient dans sa relation conjugale, lui dit :
- Là, vous allez vous rendre chez vous et dire à votre épouse que c'est vous le maître, c'est vous qui prenez les décisions, c'est vous qui portez les culottes.
Le gars arrive, claque la porte, accroche sa femme par les épaules :
- À partir de maintenant, je donne les ordres. Je veux mon repas servi à cette minute et quand je serai en train de manger, tu montes en haut laver mon linge. Ce soir, je sors avec les copains. Et toi, tu vas rester ici et tu m'attends pour te coucher. Autre chose, tu sais qui va faire mes nœuds de cravate ?
- Oui, je le sais, crie sa femme, l'entrepreneur de pompes funèbres.


Le procureur: Bon, pour résumer la situation, vous rentrez chez vous, vous trouvez votre femme au lit avec un homme.
L'accusé: C'est ça !
Le procureur: Et là, vous prenez votre pistolet et vous tuez votre épouse !
L'accusé: C'est ça !
Procureur: J'ai une question pour vous. Pourquoi avoir tué votre épouse et non son amant ?
L'accusé: C'était plus pratique que de tuer un homme à chaque jour !



C'est un type qui dit à un de ces copains :
- Je vais divorcer.
- Ah bon?
- Oui. Tu supporterais toi, d'être avec quelqu'un qui boit, qui fume et qui rentre à n'importe quelle heure ?
- Non !
- Et bien ma femme non plus.


Un couple de gens âgés est en train de fêter son 75e anniversaire de mariage. Comme de bien entendu, toute la famille est réunie autour de grand-père et grand-mère et même la presse locale a jugé opportun d'envoyer un reporter pour rendre compte de l'événement.
Celui-ci n'hésite pas à interroger le grand-père qui a encore bon pied, bon oeil:
- Quel est le secret de votre bonheur conjugal?, demande-t-il.
- Je vais vous le dire, répond le grand-père.
- Le jour de nos noces, nous nous sommes mutuellement fait une promesse, ma femme et moi. On s'est mis d'accord qu'à chaque fois que nous serions en désaccord à propos de quelque chose, celui des deux qui manifestement avait tort, devrait sortir de la maison et prendre l'air... Croyez-le ou non, ça fait 75 ans que je vis dehors.


 


Dans un parking de centre d'achat, un homme aborde une jeune fille très jolie :
- Bonjour mademoiselle. J'ai perdu ma femme tout à l'heure en faisant les courses. Ça vous embête si je discute avec vous une minute ou deux ?
- Mais pourquoi ? Vous ne cherchez pas à me draguer tout de même ?
- Non non, c'est parce que à chaque fois que je parle à une très jolie femme, ma femme rapplique immédiatement de nulle part.


Mon père est un homme d'une cinquantaine d'années, chauve et replet. On lui demanda un jour ce qui lui ferait le plus plaisir pour son anniversaire. Il jeta un petit clin d'oeil malicieux à ma mère qui était occupée.
- Je voudrais, dit-il, une jeune beauté de 18 à 20 ans, blonde, bien faite et... Il s'interrompit pour chercher son adjectif.
- Et aveugle, sans doute? suggéra maman.



C'est l'histoire de ce mari et de son épouse, parents de deux superbes adolescentes courtisées par tous les garçons de leur collège. Les deux parents, tiraillés par le désir d'avoir un garçon décident de tenter à nouveau la nature. Après plusieurs mois d'essais infructueux, la bonne nouvelle arrive: madame est enceinte, et l'échographie révèle que c'est un petit gars. Quelques temps après, le bébé naît, sans problème. Lorsque le papa va voir son bébé à la pouponnière, c'est l'horreur! Le bébé est d'une laideur atroce. Immédiatement, il dit à sa femme:
- Mais enfin chérie, c'est impossible que je sois le père de ce bébé! Regarde nos deux filles splendides...
- Comment peux-tu expliquer ça alors?
Et le père lance un regard soupçonneux à sa femme, puis il poursuit:
- Ou bien alors, cela veut dire que tu m'as trompé?
Et la femme le regarde en grimaçant avant de répondre:
- Non, pas cette fois-ci.



Le mariage est comme un mirage dans le désert : Palais, cocotiers, chameaux...
Mais soudain tout disparaît et il ne reste que le chameau...


Une femme dit à son amie avec laquelle elle est allée courir les soldes dans un grand magasin :
- Cette petite robe à 200 $ me plaît bien. Je la prends.
- Mais, ton mari va t'arracher les yeux !
- Non, parce que j'achète également celle-ci à 450 $, bien qu'elle ne me plaise pas du tout.
- Alors, tu es complètement folle.
- Pas du tout. Vois. Je vais présenter les deux en même temps à Philippe. Il se mettra à hurler : « Tu vas aller en rendre une tout de suite ». Alors, je lui répondrai : « D'accord, mon chéri. Laquelle veux-tu que je garde ? » Et lui, avant de se décider, comme je le connais, il jettera un coup d'oeil aux étiquettes. Et, comme par miracle, la robe qui lui plaira le plus et qu'il acceptera de payer, trop content de s'en tirer à si bon compte, ce sera la moins chère - celle qui me plaît ! Et voilà !


C'est le printemps, les bourgeons éclatent partout. Le vieux père Émile rentre des champs tout joyeux.
Il arrive dans la cuisine et il crie à sa bonne femme :
- Allez, Marie ! Hop ! Fous-toi toute nue...
- Mais qu'est-ce qui t'arrive Émile ? Dit-elle interloquée. Ca fait plus de dix ans que tu ne m'as pas touchée.
- Réfléchis pas Marie! Allez enlève ta robe! Enlève ta chemise! Dépêche-toi je ne peux plus tenir! Allez! Hop! Enlève tes dessous! Ouh ! là là! Ce qu'on va se payer du bon temps! Ca y est t'as tout enlevé? T'es bien toute nue? Ah ! Ah ! Ah ! POISSON D'AVRIL !!!

 

 Précédentes - 41 - 42 - 43 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 -