Textes 11

    Blagues      Devinettes         Gifs      Images     roman
                      Accueil                         Menu

27 manières de faire chier son monde dans un ascenseur…

 



1. Faire des bruits de voiture à chaque fois que quelqu'un monte ou descend de l'ascenseur


2. Se moucher et proposer aux autres passagers de voir le contenu de votre Kleenex


3. Vendez des petits gâteaux de scouts


4. Rasez-vous


5. Ouvrez votre mallette ou votre portefeuille et pendant que vous regardez à l'intérieur, demandez : " Vous avez assez d'air là dedans ? "


6. Offrez des badges avec leur nom à chaque personne qui entre dans l'ascenseur. Portez le vôtre à l'envers


7. Restez dans le coin, face au mur sans descendre


8. Quand l'ascenseur arrive à votre étage, grognez et énervez-vous en essayant d'ouvrir la porte et soyez embarrassé quand celles-ci s'ouvrent par elles-mêmes


9. Souhaitez la bienvenue à tout nouvel arrivant avec une chaleureuse poignée de main et demandez-leur de vous appeler Amiral


10. Un mot : Flatulence


11. Faites des exercices de Taï-Chi


12. Fixer quelqu'un, le regard grimaçant pendant un moment, et annoncez alors : " J'ai de nouvelles chaussettes "


13. Donnez des tracs religieux à chaque passager


14. Froncez les sourcils en disant " je dois y aller, je dois y aller " puis soupirez en disant : " Oups "


15. Chantez " Marie avait un agneau " en appuyant sur tous les boutons l'un après l'autre


16. Fixez un autre passager pendant un moment puis annoncez " Vous êtes l'un des leurs " et éloignez-vous vers le coin opposé de l'ascenseur


17. Demandez à chaque personne qui monte à pouvoir appuyer sur le bouton à sa place


18. Faites une marionnette avec votre main et parlez aux autres passagers grâce à elle


19. Jouez de l'harmonica


20. Dites " Ding ! " à chaque étage


21. Appuyez-vous contre le panneau de contrôle


22. Dites " Je me demande à quoi ça sert " et appuyer sur le bouton d'alarme


23. Ecoutez les murs de l'ascenseur avec un stéthoscope


24. Dessinez une petite place sur le plancher avec la craie et annoncez aux autres passagers que c'est votre " espace personnel. "


25. Apportez une chaise longue


26. Faites des bulles avec un Chewing-gum


27. Prenez une couverture et tenez-la tout contre vous, éventuellement en suçant votre pouce


Arlequinade


Quand je pense à tout ce que je peux dire d'insignifiant dans une journée, c'est épouvantable. Quelle chance que je suis pharmacien. Au moins l'information que je donne à mes patients, elle, mérite d'être entendue.

Les plus perspicaces l'auront sans doute deviné : je vais vous parler d'une de ces fois où j'aurais dû me taire. C'était en mai, il y a longtemps. Les journées allongeaient. Il faisait déjà plus doux. Les jeunes feuilles commençaient à peine à colorer le bout des branches. C'est à ce temps de l'année, à ce moment-là très précisément, que le séducteur en moi se réveille. Après plus de 362 jours consécutifs de sommeil. C'est franchement là où je suis le plus en forme. Et le plus romantique, dois-je préciser en rougissant.

Je lui avais dit : "Mon ptit minou, cet été, il me semble que ça serait le fun si on partait, toi et moi, dans une petite route de campagne. Un après-midi étouffant de chaleur. Alors tu imagines : on part à la campagne cueillir des fleurs des champs ; des iris, des lys, et des petites fleurs jaunes. Et puis quand nous aurons cueilli tout ce qu'il nous faut, on s'étendra, cachés par grandes herbes jaunies tout autour."

Elle m'avait écouté en silence, puis n'avait rien dit. C'est en général tout l'effet que je fais. Inutile de vous dire que ces trois jours par année durent une éternité pour moi. Et pour elle, j'imagine; c'est une Protestante.

À la fin juillet, les appartements dépourvus de climatisation sont parfois désagréables à habiter le jour. Elle avait donc décidé que nous passerions le dimanche après-midi à la campagne. Déjà en ville, j'ai le rhume des foins en juillet. Alors vous imaginez, à la campagne.

J'avais donc pris un comprimé de Chlor-Tripolon de plus. Puisque nous avions décidé d'aller vers Oka, j'apportai quelques liasses de revues scientifiques à faire relier chez les soeurs cloîtrées de Ste-Marthe-sur-le-Lac. Puis on s'arrêta chez les trappistes d'Oka, pour du fromage et du chocolat. Nous avons ensuite continué à monter dans une grande côte quand, tout à coup, j'eus l'idée de cueillir des fleurs qui poussaient en bordure de la route. C'était un bel endroit, transformé depuis en terrain de golf. Comme quoi on n'arrête pas le progrès...

Après s'être fait un bon gros bouquet, et après être retourné à l'auto chercher la boîte de mouchoirs de papier, je proposai de nous allonger un peu au milieu de cette petite clairière en bordure de la route. Je ne sais pas combien de secondes j'ai mises à m'endormir. Et ma conjointe est restée là, assise, plantée comme un radis, la queue de cheval dressée au vent, à regarder les autos passer.

Depuis des mois, elle rêvait à ce dimanche après-midi où elle nous imaginait, elle et moi, transformés en bêtes sauvages. Dans ce scénario de roman à 50 sous, elle me voyait déjà métamorphosé (le mot est faible) en un volcan de passion charnelle. Moi en train de la dévorer comme on mange une pêche mûre. Enlacés, nous étions d'ailleurs en vedette sur la couverture, elle vêtue de cette robe bleu pâle qui se défaisait au vent. Tous deux excités par l'odeur forte du foin, selon la légende au bas de l'image. Quelle déception : la voilà assise à regarder ce grand flanc-mou endormi à ses côtés. Il paraît qu'Arlequin est le nom d'un clown : jamais trop tard pour apprendre, pensa-t-elle un peu contrariée.

Mais j'ai vraiment bien dormi.

Au retour à la maison, ma première idée fut de mettre les fleurs en pot et de commencer à créer le somptueux bouquet auquel j'avais rêvé. Sans le savoir, nous avions également rapporté quelques petites créatures ailées qui avaient clandestinement fait le voyage avec nous. Quel charmant souvenir de campagne, pensais-je aussitôt ; j'aime l'inattendu. Mais de plus en plus les bestioles s'échappaient du feuillage. Bientôt j'avais la tête dans un petit nuage d'insectes, attirés sans doute par l'odeur de ma transpiration (je n'ai jamais compris pourquoi mon odeur sexuelle attirait tant les insectes).

Je m'étais vite rendu à l'évidence : il fallait au plus sacrant nous débarrasser de ce bouquet infesté de bibittes. On s'est résolu à sortir la corbeille sur le balcon arrière. La canette d'insecticide chassa les moustiques qui avaient commencé à envahir l'appartement. Et nous, fuyant l'odeur insupportable du Raid, nous étions réfugiés sur le balcon qui donnait sur la rue.

Nous sommes restés là, au gros soleil, à rêver de ces trois jours de printemps, vous savez ces trois jours consécutifs qui...

 


Les rapports sexuels

 

Avoir des rapports sexuels peut parfois remplacer une bonne séance d'aérobic. En voici la preuve, calorie par calorie...

 

*  RETIRER SES VÊTEMENTS

  1. Avec son consentement..............................18 cal
  2. Sans son consentement.............................173 cal
  3. Sans son consentement, en étant bourré, et en vous apercevant qu'il ne s'agit pas de votre
  4. femme......................... 1202 cal

*  DÉGRAFFER SON SOUTIEN-GORGE

  1. En étant derrière elle........................... ..2 cal
  2. Avec une main...................................       10 cal
  3. En étant devant elle, avec une main............... 29 cal
  4. Avec une main, en se prenant une claque............37 cal
  5. Avec les dents.....................................85 cal

*  METTRE LE PRÉSERVATIF

  1. En étant en érection............................... 6 cal
  2. En n'étant pas en érection........................315 cal
  3. Après qu'il soit trop tard........................783 cal

*  PRÉLIMINAIRES

  1. Partir à la recherche du clitoris...................8 cal
  2. Partir à la recherche du point G ..................92 cal
  3. En étant bourré...................................107 cal
  4. En étant bourré alors qu'elle a toujours ses vêtements sur elle..............................         ...276 cal

*  PENDANT L'ACTE

  1. La prendre debout..................................12 cal
  2. La prendre sur le sol...............................8 cal
  3. La prendre bourré avec ses vêtements sur elle....1276 cal

 * LES POSITIONS

  1. Le missionnaire ...................................22 cal
  2. 69 couché en dessous...............................28 cal
  3. 69 couché au-dessus...............................128 cal
  4. En levrette........................................28 cal
  5. Dans la baignoire.................................216 cal
  6. En levrette dans la baignoire.....................612 cal

 * L'ORGASME

  1. Le vrai...........................................119 cal
  2. Le simulé.........................................319 cal
  3. Le multiple vrai..................................319 cal
  4. Le multiple simulé................................783 cal
  5. Le multiple en alternant vrai et simulé..........1023 cal
  6. Le multiple en alternant les partenaires.........1102 cal

*  APRÈS L'ORGASME

  1. Rester coucher sur le lit..................... ....18 cal
  2. Sauter du lit......................................36 cal
  3. S'expliquer pourquoi elle s'est barrée du lit.....816 cal

*  OBTENIR UNE DEUXIÈME ÉRECTION

  1. De 16 à 19 ans.....................................12 cal
  2. De 20 à 29 ans.....................................36 cal
  3. De 30 à 39 ans....................................108 cal
  4. De 40 à 49 ans....................................324 cal
  5. De 50 à 59 ans....................................972 cal
  6. À plus de 60 ans.................................2916 cal

*  SE RHABILLER

  1. Tranquillement.....................................32 cal
  2. En étant super pressé..............................98 cal
  3. Alors que son mari ouvre la porte................1218 cal

e Précédentes - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20